La fabrication

La coutellerie Au Sabot maîtrise toutes les étapes de fabrication d’un couteau dans ses ateliers. La fabrication d’un couteau nécessite plus de 40 étapes. Certaines sont réalisées avec l’aide d’une machine, d’autres entièrement à la main. En voici les principales :

La découpe

La première opération consiste à former les différentes pièces du couteau. Pour cela, le coutelier utilise un emporte-pièce, appelé matrice dans la coutellerie. Cette opération est réalisée à la main par un opérateur qui guide la bande d’acier lors de son passage en machine. La découpe peut aussi se faire à l’aide d’un laser, c’est-à-dire une machine qui guide un faisceau laser relié par ordinateur. Ce faisceau permet une découpe des lames très précise.

Le marquage

Cette étape est très délicate et nécessite d’être minutieux. L’opération consiste à inscrire l’identité du couteau en enfonçant un poinçon sur la lame.

Traitement thermique

Cette étape permet d’obtenir la dureté nécessaire à l’acier de la lame. Le traitement thermique consiste à chauffer et refroidir rapidement l’acier de la lame ou du ressort afin de donner la dureté souhaitée.

Dressage

Pendant le traitement thermique, la lame d’acier peut subir quelques déformations qui vont être corrigées par l’étape de dressage effectuée au marteau ou avec une machine spéciale.

Émouture

Émoudre la lame consiste à lui donner la forme qui va la rendre tranchante. Cette opération est réalisée en deux temps : la première après le découpage pour amincir la lame, la seconde après le dressage pour donner le biseau définitif et parfaire le coupant. Tout le savoir-faire du coutelier est primordial dans cette étape. Auparavant réalisée à l’aide de meules, elle est aujourd’hui réalisée avec l’aide de machines spéciales qu’il est nécessaire de maîtriser à la perfection.

Polissage

Le polissage du dos de la lame permet d’enlever les aspérités liées à la découpe grâce à l’utilisation de grains abrasifs plus ou moins fins selon le rendu souhaité.

Forge de la mitre

La mitre est la partie métallique qui vient orner les extrémités du manche. Des tronçons sont coupés dans des bandes d’acier, ce sont les lopins. Ils sont ensuite frappés à chaud par une presse afin de donner la forme de la mitre. Cette opération est suivie du détourage de la mitre.

Soudure de la mitre avec la platine

La platine est une plaque d’inox qui constitue l’ossature du couteau et sert de support au manche tout en assurant sa solidité. La mitre est ainsi assemblée avec la platine par soudage électrique.

Façonnage du manche

S’il s’agit d’un couteau en bois, les grumes de bois sont débitées en carrelets. Des machines façonnent ces carrelés selon la forme du manche souhaitée. Ces opérations sont réalisées après plus ou moins un mois de séchage suivant le type de bois.

Guillochage du ressort

Le ressort est la partie centrale du manche qui permet le mécanisme d’ouverture et de fermeture de la lame. Le guillochage consiste à orner le dos du ressort de motifs en creux. Cette opération est réalisée à la lime, à la meule ou à l’aide d’une machine selon le rendu souhaité.

Montage

Une fois toutes les pièces terminées, le montage consiste à les assembler ensemble pour former le couteau. Cette opération est minutieuse car les pièces doivent être assemblées et ajustées avec la plus grande attention de façon manuelle. Ajustage des manches, perçage, assemblage des carrelets sur les platines… il faut parfois plusieurs années pour acquérir le geste juste.

Polissage

La lame du couteau est polie afin d’obtenir un bel aspect de surface, de la faire briller et de la satiner. Cette étape lui donne son aspect final.

Affutage

Ultime opération, c’est elle qui donne son tranchant définitif à la lame. Même si les machines modernes ont fait leur apparition au sein de l’atelier, le coutelier utilise encore beaucoup les outils traditionnels comme la meule.

Vocabulaire technique

Vocabulaire technique - Vue de dessus
Vocabulaire technique - Vue de côté